Jacquemart

07 février 2007

Que faites-vous à la Saint-Valentin ? L'amour ou "Tintin" ?!

Il est de tradition, quoique obscure, de fêter les amoureux lors de la Saint Valentin : c’est l’occasion pour chaque couple de partager une attention, un repas ou un moment d’exception.

Deux questions cependant devraient nous interpeller : que fête-t-on au juste, est-ce vraiment l’amour et lequel ?! Et en quoi les célibataires seraient-ils aussi concernés ?

Tout d’abord, rappelons brièvement l’origine et le sens actuel de cette fête.

En dépit d’une croyance populaire, la coutume amoureuse que célèbre cette journée n’est pas tant due à un saint qu’à sa date. Sous l’empire romain, ce jour marquait le commencement des Lupercales, une fête en l’honneur du dieu des troupeaux et de la fertilité. La première nuit de la fête était consacrée à former des couples à partir d’un tirage au sort : clin d’œil du hasard ! A partir du Ier millénaire, les chrétiens reprirent à leur compte les fêtes païennes en les rebaptisant d’après les saints. Les Lupercales furent renommées d’après un obscur martyr du IIIème siècle, Saint Valentin dont la date de décapitation se trouvait être le 14 février. D’après le folklore médiéval, cette date correspondait au début de l’appariement des oiseaux. C’est ainsi qu’au fil des siècles s’installa une tradition de déclarer, ce jour, la flamme de son amour. La coutume d’écrire des lettres s’est peu à peu estompée au XXe siècle au profit d’une fête commerciale que notre société de consommation a fort développé jusqu’à nos jours.

Interrogeons-nous alors sur nos valeurs et le sens que nous pourrions donner à cette fête, et plus largement à notre relation à l’autre. Si l’égoïsme prime dans notre comportement -  comme trop souvent dans notre société - alors il paraît logique de ne s’intéresser qu’à nos proches, c’est à dire à nous-même. Si nous voulons vivre dans un esprit de fraternité, alors il nous tiendra à cœur de nous intéresser aux autres, à ceux qui sont différents de nous, à ceux qui nous sont étrangers et à ceux qui sont en difficulté ou en marge de la société. Comme disait l’Abbé Pierre, « ceux qui m’encensent se déchargent trop facilement de leur simple devoir d’humain », notamment d’assistance aux personnes en danger. Chacun d’entre nous est en effet co-responsable de la société dans laquelle nous vivons. Alors préférons-nous partager l’amour égotique dans un cercle restreint ou sommes-nous prêts à nous ouvrir plus largement aux autres dans un esprit d’amour universel et de fraternité ? Pure utopie, me direz-vous ? Sans doute ! Aussi, je vous rappelle cette phrase de l’abbé Pierre : « une politique qui consiste à mettre de côté toute une population est forcément vouée à la Haine ». Personnellement, cette citation me parle et me touche. Qu’en est-il pour vous ? Quelles sont nos véritables valeurs ? A l’heure du choix de notre président de la République et d’une nouvelle majorité politique, je penserai à ces valeurs essentielles du « vivre ensemble ».

En outre, nous pourrions faire quelque chose de concret - même modestement, c’est mieux que rien - un geste qui symboliserait notre souhait de nous ouvrir aux autres, par exemple en invitant une personne en dehors de notre cercle habituel à partager un repas et/ou un moment d’échanges. Différentes associations locales oeuvrent au quotidien pour développer le lien social. L’existence de moments d’exception serait la bienvenue pour marquer l’importance des échanges conviviaux entre les uns et les autres. Se souhaiter la bonne année ne suffit pas. Plusieurs années de suite, l’association « Romans d’amour » a organisé bénévolement une « fête de l’amitié » lors de la Saint-Valentin, avec une centaine de personnes rassemblées. En nous concentrant à partir de 2007 sur des activités de réflexion citoyenne et d’innovation sociale, nous espérons vivement que cette initiative sera bientôt relayée par d’autres et nous nous réjouissons que la communauté chrétienne veuille redonner du sens à cette fête.

Chacun d’entre nous peut agir plutôt que de se lamenter, chacun peut s’ouvrir à l’autre plutôt que de se refermer sur soi, chacun peut tendre une main pacifique plutôt qu’un poing agressif.

Face à la guérilla des égoïsmes, oeuvrons pour la paix civile.

Georges Perret, président de l'association citoyenne "Romans d'amour"

Posté par jacquemart à 15:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]


21 janvier 2007

A nos blogs, prêts ... bloguez !

Au cas où l'information vous aurait échappée (non bien sûr !), le festival de la création sur Internet se tient à Romans du 1er au 3 février. A son programme, des tables rondes sur le web et la citoyenneté ainsi que sur le web local : "penser globalement et agir blogalement" pour paraphraser la célèbre phrase.

Allez voir "leromanais" de Bourg de Péage qui s'y connait particulièrement en matière de blog.

Alors, à bientôt au festival ?

Posté par jacquemart à 20:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2007

C'est parti pour une nouvelle année !

Puisqu'il faut bien démarrer, voici juste un mot en guise de voeu :

"puisse la cité Jacquemart reprendre des couleurs en cette année 2007 !".

Alors hissons les idées et les projets.

A bientôt pour la suite...

Calixte

Posté par jacquemart à 20:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2006

Table ronde sur le Centre historique

Jacquemart, du haut de sa tour, a le plaisir de vous annoncer que le club de réflexion "Romans d'avenir" se préoccuppe de l'avenir du centre historique de Romans.

Nous vous donnons rendez-vous le mercredi 6 décembre de 18 h.30 à 20 h.30 à la salle Charles Michels pour vous informer et débattre avec l'expert du CNRS, les témoins locaux ainsi que le Maire de Romans.

"Comment mieux faire battre le coeur historique de notre ville ?" telle est la question posée alors qu'on constate une lente et regrettable dégradation du centre ancien. Cette évolution est-elle fatale ? Peut-on l'enrayer et si oui comment ?!

Posté par jacquemart à 22:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2006

Les chevaliers de l'innovation à la table ronde !

La première table ronde initiée par le club de réflexion "Romans d'avenir" a tenu ses promesses en réunissant 7 chevaliers pronant l'innovation pour construire l'avenir économique de notre territoire.

Vous lirez bientôt sur ce blog un compte rendu synthétique de cet échange qui en appelle d'autres.

Vous pouvez aussi lire le commentaire du citoyen Hubert Guillaud sur son blog "leromanais.free.fr".

A bientôt au pied du Jacquemart...

Posté par jacquemart à 16:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]


25 septembre 2006

"Ville perdue" ou "Romans d'avenir" ?

Ayant perdu son statut de "capitale de la chaussure", Romans serait-elle une "ville perdue" ? C'est en tout cas l'avis très pessimiste d'un élu de l'opposition qui s'exprimait ainsi lors du Conseil municipal de janvier 2006. Il est vrai qu'à première vue le tableau paraît encore bien sombre :

- le secteur du cuir-chaussure n'emploie plus que quelques centaines de personnes au lieu de plusieurs milliers lors de son apogée - beaucoup sont au chômage ;

- le commerce local souffre de la conjoncture, le moral des romanais est en berne et le budget municipal est contraint à une sévère cure d'amaigrissement.

Faut-il pour autant noircir le tableau en prédisant le déclin de notre ville ?

Non, car heureusement des atouts objectifs permettent de croire en l'avenir.

Les potentialités sont réelles. Sur le plan économique, les atouts ne manquent pas d'intérêt :

- une situation géographique exceptionnelle aux portes du Dauphiné, au carrefour de la vallée du Rhône et du sillon alpin, à proximité de la montagne et de la mer ;

- une nouvelle population qui fait le choix de s'implanter dans notre cité en raison de son attrait et des facilités de transport, notamment grâce à la gare TGV ;

- le développement du tourisme commercial avec le pôle de magasins d'usine au centre-ville, la restauration et les divers commerces spécialisés ;

- une diversification industrielle articulée sur plusieurs secteurs forts, notamment le combustible nucléaire, la plasturgie, la mécanique et l'agroalimentaire.

Sur le plan de la qualité de vie, il importe de faire un effort majeur pour valoriser Romans, éviter sa dégradation et impliquer sa population, notamment par :

- une mise en valeur du patrimoine architectural du centre-ancien et la reconquête de la vieille ville ;

- une attention particulière portée sur la qualité urbaine, architecturale et environnementale ;

- une gestion des populations pour favoriser une réelle mixité sociale dans laquelle la collectivité s'implique ;

- une mise en oeuvre concrète de la concertation et de l'implication des acteurs sociaux et professionnels.

Il faut donc réfléchir à l'avenir.

Rejetant pessimisme et fatalisme, tout en étant conscient des difficultés, nous sommes convaincus qu'il est grand temps que la société civile s'implique plus fortement afin de mobiliser son imagination et son dynamisme en faveur de l'avenir de notre territoire et de sa ville centre. Qu'en pensez-vous ?

Des entrepreneurs économiques, des acteurs sociaux et culturels font aujourd'hui la preuve, à Romans comme ailleurs, que la créativité est source de développement. Alors mobilisons cette ressource humaine en créant un club de réflexion performant qui puisse proposer de nouvelles initiatives aux lendemains prometteurs.

C'est pourquoi nous lançons un appel à tous ceux qui veulent être des citoyens actifs pour écrire ensemble un "Romans d'avenir" !

Les initiateurs du club de réflexion "Romans d'avenir"

Georges Perret & Pierre Juvin, co-fondateurs avec l'association "Romans d'amour" et des personnalités de la société civile : Régine Cattin, Andreas Dworazcek, Virginie Faure, Jean-Pierre Gouirand, Laurent Jacquot, Jacques Lacquemanne, Sylviane Loiget, José Magalhaès, Pierre Manzoni, Christine Mentior, Colette Papoz, Pierre Reverdy, Antoine Thevenon, Jean-Yves Baxter .... (constitution du club en cours).

Soyez les bienvenus parmi nous !

Posté par jacquemart à 13:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 septembre 2006

Alors on se réveille à Romans ?!

"Jacquemart" est ce bonhomme qui frappe sur la cloche de la tour-horloge au coeur de Romans.

Ce fut le nom d'un journal d'opinion progressiste animé à la fin du XIX° siècle par Calixte Lafosse.

Aussi, son successeur désormais transformé en blog veut vous faire partager ses réflexions.

Nous vous invitons donc à nous faire connaître votre envie d'écrire sur ce support tous les avis que vous souhaitez transmettre à propos de la vie locale.

La règle du jeu serait simple : pas de polémique ni de critiques personnelles, des commentaires avisés, des interrogations pertinentes et surtout des propositions pour le devenir de notre cité.

Ce journal serait alors aussi le vôtre et deviendrait une place publique électronique où le débat serait le bienvenu, ni partial ni impartial, mais riche d'idées, vivant et respectueux des personnes.

Merci de nous faire part de votre souhait d'y participer. Nous proposerons un rendez-vous de visu à ceux qui veulent bien faire partie du noyau de rédacteurs actifs. Tous les autres seront les bienvenus pour ajouter leurs commentaires suivant des règles à définir.

Neo Calixte Lafosse.

Posté par jacquemart à 11:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 juin 2006

Place publique

Nous vous signalons le billet d'opinion publié sur son blog par l'association "Romans d'amour".

Nous nous réjouissons de cette prise de position sur cette idée de "place publique".

C'est promis, "Jacquemart" y contribuera avec d'autres à partir de la rentrée de septembre.

Rendez-vous donc sur la place pour échanger et inventer un nouveau monde !

Signé : Feu Calixte

Posté par jacquemart à 10:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 juin 2006

Cap sur la prospective !

En petit comité, le laboratoire d'idées a accouché ce mardi 13 juin d'un projet de débat à organiser à la rentrée d'automne. Le thème serait celui de l'innovation industrielle et sociale.

En effet, Romans, depuis 1.000 ans à un carrefour de communication, a su rebondir après le déclin de la production de draps, remplacée tout d'abord par le fil de soie puis par la chaussure à partir de la fin du XIX° siècle. Plus récemment, c'est le secteur de la plasturgie ainsi que celui de la découpe industrielle qui sont nés de la diversification de la sous-traitance du cuir-chaussure.

Quelles innovations majeures pourront-elles se produire dans les prochaines années ? Le site romanais peut-il s'appuyer sur le tissu économique grenoblois, dans le domaine des nouvelles technologies ? Ou peut-il développer une activité spécifique ? Quel est l'avenir du secteur agro-alimentaire en pleine croissance ?

Forte de sa qualité de vie, la ville de Romans, elle-même, doit se préparer à relever de nouveaux défis : accueil d'une population venue de l'extérieur, amélioration de son cadre de vie, développement de la formation et de l'implantation d'entreprises autour de pôles d'excellence...

Pour alimenter ce débat, une réunion de rentrée est programmée le jeudi 7 septembre à 20 h.30.

L'organisation du débat se ferait idéalement lors de la Foire du Dauphiné si l'opportunité se présente. Invités à pressentir : président de la communauté de communes, président du comité local de développement et un représentant du monde économique. Cap sur la prospective !

Posté par jacquemart à 23:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2006

Alors, du métier ?!

"Métiers" : voici le thème de réflexion dont a accouché le labo d'idées ce jeudi 11 mai. "Apprendre un vrai métier" a notamment déclaré un ancien de la chaussure à propos des jeunes, de la formation et de l'emploi. La notion de "métiers" a été en effet le fil rouge du débat.

Pour résumer les nombreux échanges, disons que l'assistance est partie de l'idée de "l'éco-musée" sur le thème du cuir et de la chaussure, projet intéressant mais difficile à mettre en oeuvre rapidement. Des initiatives urgentes sont cependant à entreprendre pour sauvegarder machines et mémoire locale.

La réflexion s'est élargie dans un deuxième temps sur les savoir-faire et les savoir-être des métiers traditionnels comme des métiers d'art. La question majeure semble être celle de la valorisation de ces métiers, la transmission et la transposition de leurs savoir-faire ainsi que l'esprit de compagnon et d'artisan qui caractérisait jusqu'à peu la cité de Romans et Bourg de Péage.

Sur le thème des métiers, il est souhaitable de générer des liens entre les générations, en mettant en relation les aînés et les jeunes, ainsi que de s'appuyer sur les pôles d'excellence d'aujourd'hui pour développer des filières de formation et préparer les techniciens de demain.

Ce thème "métiers, savoir-faire et savoir-être..." sera traité lors de la prochaine séance, le mardi 13 juin.

Toute personne nouvelle sera la bienvenue à ce laboratoire citoyen.

Posté par jacquemart à 14:15 - Commentaires [4] - Permalien [#]